Des familles entières risquent d’être expulsées. Les élections municipales ont révélé une France en état d’urgence sociale et de colère froide à l’égard de tous les gouvernants, qui ne laisse entrevoir aucune lueur d’espoir face à leur situation qui se dégrade. Le taux d’abstention très fort exprimait un découragement et un rejet du politique par des personnes en grande difficulté.

Depuis une décennie, la situation ne cesse de se détériorer au fur et mesure de la montée du chômage qui fait que les impayés de loyer sont, la plupart du temps, une donnée structurelle qui accompagne la pauvreté, c’est-à-dire l’absence ou la modicité des revenus. N’oublions pas que la France, contrairement aux idées reçues, a les minimas sociaux les plus faibles d’Europe !

Des familles entières subissent l’exclusion et la misère. Elles survivent sous le seuil de pauvreté et n’arrivent plus à payer des loyers qui représentent souvent le tiers de leurs revenus. Elles ont besoin de soutien et d’accompagnement.

Présent samedi 29 mars à la manifestation, à Paris, contre les expulsions locatives, le CDAFAL 77 demande à tous les Maires de Seine et Marne :

 de s’opposer à toute expulsion locative de personnes ou de familles, vivant en dessous du seuil de pauvreté, ainsi qu’à toute coupure d’énergie, en prenant, si nécessaire, des arrêtés d’interdiction,

 de tout faire pour rendre effectif le droit au logement, au besoin en faisant jouer la loi sur les réquisitions. Nous comptons sur votre engagement à vous opposer résolument à toute expulsion dans votre commune.

Jeannine Jouanin, Présidente.

Jean-François Chalot, Secrétaire Général.