? l'école primaire comme première priorité ; ? le renforcement de l'encadrement des classes, notamment dans les écoles confrontées aux situations les plus complexes ; ? la mobilisation des emplois en particulier dans les écoles de l'éducation prioritaire ; ? le renforcement du potentiel de remplacement ; ? le renforcement des dispositifs d'aides aux élèves en difficulté, notamment les RASED ; ? l'affectation de postes supplémentaires, prioritairement dans les établissements qui sont les plus confrontés aux inégalités et aux violences.

Le groupe scolaire « Bel Air » est depuis longtemps reconnu comme secteur sensible, assimilable aux critères précisés dans la lettre du Ministre : complexité, secteur prioritaire (CUCS), élèves en difficulté, mixité sociale compromise, précarité, pauvreté...

Pour cette raison, le conseil d'école souhaite que lui soit affectés les moyens correspondants à ces objectifs :

? postes de RASED ; ? ouverture d'une nouvelle classe en élémentaire (sans attendre d'atteindre le seuil théorique qui est très élevé) ; ? moyens pour assurer la sécurité de la vie scolaire (EVS, etc.).

L'équipe pédagogique et la communauté éducative du groupe scolaire se sont investies depuis des années de manière très importante dans la lutte contre les inégalités, pour l'instauration d'un climat serein dans l'école et son environnement, pour créer des relations de confiance et de reconnaissance mutuelles, pour valoriser au maximum l'école et la relation à l'école.

Devant la dégradation importante de la situation de l'institution scolaire et l'évolution des situations des publics les plus fragiles, elles se sentent désormais impuissantes à lutter seules.

Il est temps, que l'État assume pleinement ses responsabilités.

C'est pourquoi seules, désormais, la reconnaissance et la prise en compte effective de la spécificité de l'école leur paraissent en mesure de pouvoir assurer, dans des conditions acceptables, un véritable service public d'éducation, dans la durée et dans un esprit de véritable équité.

Motion adoptée à l'unanimité des présents, enseignants, parents d'élèves, élus, dont Christine Iosub, Maire-Adjointe chargée des politiques éducatives, et Daniel Brunel, Maire-Adjoint en charge de l'emploi.