Vingt ans après son adoption par l'ONU et dixneuf ans après sa ratification par la France, la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) doit constituer un puissant levier de mobilisation des familles et une formidable source d'inspiration des politiques publiques.

Ce texte confère en effet aux enfants et aux jeunes de toutes conditions un ensemble de droits cohérents et complémentaires : à la protection, au respect et au bienêtre, ce qui est essentiel ; mais aussi à l'expression, à la participation et à l'émancipation, ce qui ne l'est pas moins. Ces droits se renforcent mutuellement, mais ils sont loin sinon d'être reconnus, du moins d'être concrétisés dans la vie courante, y compris en France.

Pour progresser en ces domaines, la CIDE confère aussi des droits et devoirs renforcés aux adultes, parents, professionnels, militants ou décideurs :

  • intervenir sur les sources des injustices, des inégalités et des solitudes qui affectent un grand nombre d'enfants dans leur vie quotidienne, notamment familiale ;
  • réussir à rendre les enfants et les jeunes acteurs, et pas seulement consommateurs ou spectateurs, des différents espaces et temps consacrés à leur éducation et à leur temps libre.

C'est à ces conditions que la CIDE, même et surtout en temps de crise, peut contribuer à un développement humain et social véritablement durable.

PROGRAMME

17 h 30 : accueil 17 h 45 : interventions des institutionnels : Inspecteur d'Académie, Président de la CAF, Directeur départemental Jeunesse et Sports 18 h : conférence de Frédéric Jésu, pédopsychiatre, viceprésident de DEIFrance 18 h 45 : débat avec la salle 19 h 45 : conclusion ; film 20 h 30 : pot apéritif et repas convivial