Cette Loi ne fait pas , n’a pas fait l’unanimité, même dans la majorité gouvernementale : elle a été votée au forceps car au Sénat, par seulement 3 voix de majorité

Le projet soumis a été initié par l’ancien préfet. Le nouveau préfet « semble » davantage disposé à écouter les élus locaux : ainsi, il l’a affirmé en recevant une délégation des élus communistes seine-et-marnais qui ont pu exposer leur craintes et celles de nombreux maires de communes, notamment rurales, du 77

L’ADECR77 lui a ainsi fait part de ses revendications : .prolongation du délai pour laisser le temps aux CM de délibérer .tenir compte de la volonté de ces élus

La plupart des associations d’élus (« Maires de France », « Maires Ruraux ») exprime l’impossibilité de délibérer sérieusement et dénonce l’examen des schémas à « marche forcée »

Le flou le plus complet a présidé à la désignation des membres de la CDCI, sauf sur un point : y siègent les maires des 5 premières villes de Seine-et-Marne : Mme le Maire, vous y avez donc toute votre place.

Si la délibération approuve la proposition concernant Sénart, elle ne vaut pas approbation du Schéma pour le 77 : il faut, au sein de la CDCI, faire acte de solidarité avec les communes rurales et les petites communes, qui craignent des regroupements abusifs, contraints et non pertinents.

Il ne saurait y avoir de coopération intercommunale que librement consentie, sur la base, sinon d’une communauté de destin, à tout le moins, en portant des projets communs, de nature, en terme d’équipements et d’aménagement, à répondre aux besoins des habitants