L’imposant bassin d’emploi que constitue la plateforme de Roissy CDG souffre d’un immense déficit structurel de moyens de transport et d’accès. Ainsi, 90% des 125 000 salariés de la plateforme viennent travailler en voiture.

L’insuffisance des transports en commun pèse au quotidien, affecte la qualité de vie, ampute le budget des familles.

De fait, le permis B et la possession d’un véhicule conditionnent l’accès à l’emploi. Cette situation est injuste socialement et économiquement, et catastrophique du point de vue urbain, écologique et routier.

Cette situation est intenable, le développement de la plate forme aéroportuaire et des zones d’emplois qui l’entourent (environ 5000 emplois nouveaux/an) nécessite un vrai plan d’urgence de transports en commun.

Elle est le résultat de politique d’aménagement des pouvoirs publics et des entreprises privilégiant, au nom de la concurrence avec les autres aéroports internationaux, l’accueil et le transport rapide des passagers, délaissant l’accès des salariés venant travailler en décalé, nuit et week-end compris.

Tout le monde constate des décennies de retard en matière de transport en commun, banlieue a banlieue, inter-région. Seule les convergences d’interventions et de mobilisations ont permis des premiers engagements pour la modernisation des RER B et D, la tangentielle Nord et son prolongement jusqu’a Noisy-le-Sec, le barreau ferré entre les RER B et D… Maintenant, la vigilance s’impose pour s’assurer de leur réalisation.

D’autant que pour les prochaines décennies les propositions contenues dans le projet « Grand Paris » ne répondent pas aux recommandations du Grenelle de l’environnement et ne corrigent pas le déséquilibre Ouest/Est de l’Ile-de-France. Au service du monde des affaires ce projet gouvernemental sacrifie une desserte effective, accessible a tous, notamment aux nouveaux salariés de ce gigantesque bassin d’emplois.

Il en va de la responsabilité sociale des entreprises et des pouvoirs publics. Un développement économique équilibré, solidaire nécessite au contraire un engagement des pouvoirs publics pour construire des infrastructures pour améliorer la desserte en transports en commun pour irriguer toutes les villes et les départements d’ou viennent quotidiennement les salariés Le gouvernement est devant ses responsabilités.

Depuis 18 mois un collectif pluraliste composé de militants syndicaux, associatifs et politique, d’élus, de salariés, d’usagers travaille des mobilisations et permis des interventions auprès des pouvoirs publics et des aménageurs.

Les parlementaires communistes, républicains et citoyens apportent tout leur soutien à ces mobilisations citoyennes et aux actions engagées.

C’est pour contribuer à leur développement et pour partage les informations avec un maximum d’élus, de syndicalistes, d’usagers et de salariés que nous vous invitons à cette rencontre publique sous la présidence de Corinne Dupont, maire de Mitry-Mory, présidente de l’association des maires de la ligne RER B.