En tant que Maire, il me revient l’honneur de vous accueillir, pour cette cérémonie de la Première pierre… Ce que je fais avec d’autant plus de plaisir que la commune entretient d’excellents rapports avec l’association culturelle musulmane de Roissy-en-Brie. Je tiens d’ailleurs à la remercier publiquement de son implication dans la vie locale et de sa participation à de nombreuses manifestations culturelles et sportive sur notre ville : Comme le festival du Polar, A la pose de la 1ère pierre de notre future bibliothèque municipale. Lors du tournoi de Foot Prévention, Et pas plus tard qu’hier, ils étaient présent lors de l’inauguration du gymnase Anceau de Garlande A mon tour aujourd’hui de répondre favorablement à son invitation.


***

Je voudrais maintenant saluer les nombreuses personnalités présentes aujourd’hui.

Tout d’abord le Docteur El Cheikh Mohamed Saïd Ramadan El Bouti, qui est déjà venu à Roissy-en-Brie pour une conférence,

le Docteur Mahamad Mousaoui, Président du Conseil Français du Culte musulman,

Ainsi que le Docteur Djelloul Seddiki, Président de l’institut Al Ghazali à la grande mosquée de Paris.

Saluons également la présence de nombreux représentants du Corps Diplomatique. Qu’ils sachent l’honneur qu’ils nous font d’être parmi nous aujourd’hui.

Enfin, bienvenue à tous ceux que je n’ai pas cités, mais le temps me manquerait si je devait être exhaustive ! Vous le voyez, le nouvel équipement Cultuel et culturel, que nous faisons naître aujourd’hui, démarre donc sous les meilleurs auspices.


***

Nous sommes donc réunis aujourd’hui pour poser la première pierre, à la fois, d’une future mosquée et d’un espace culturel.

Vous savez que les lois de la République encadrent très précisément les relations des administrations, quelles qu’elles soient, avec la sphère religieuse. En tant que Maire, représentante de la commune, et en tant que laïque, j’y souscris d’autant plus.

Parce que la laïcité n’exclut pas le respect des personnes et de leurs croyances. Elle permet, au contraire, à chacun de pouvoir vivre sa foi, ou son athéisme, dans le cadre qui nous est commun, celui de la République. La laïcité est trop précieuse dans un monde où beaucoup se cherchent, où quelques uns peuvent se perdent, et certains qualificatifs qui lui ont été apposées sont en réalité, réducteurs. Considérer qu’elle puisse être négative, l’opposer à la spiritualité, c’est certainement la méconnaitre. C’est plus simplement la dénaturer. Il nous faut au contraire préserver l’espace qu’organise notre laïcité.

Je pense très sincèrement que la religion doit être quelque chose de tout à fait personnel. De tout à fait intime… Elle ne doit pas s’immiscer dans la vie publique. Elle ne regarde que soi. Chacun d’entre nous connait des croyants très pratiquants, des croyants non pratiquants, et d’autres personnes, qui elles, ne croient pas. Preuve qu’il n’y a pas une façon unique de se sentir membre de la communauté des hommes, et pourtant d’en être membre, à égalité.

L’Islam est, de par ses pratiquants, la seconde religion de France. Dès lors, il est légitime que les croyants n’aient pas à se cacher pour pratiquer, ni le faire dans des conditions déplorables, comme on peut encore parfois le voir. Une mosquée leur était donc nécessaire dans cette partie du département.


***

Mais l’intérêt du projet qui nous rassemble aujourd’hui réside aussi dans son volet culturel.

En effet, le respect mutuel, la compréhension de l’autre, de sa culture et de sa vie, passent par la culture et la connaissance. La connaissance, le savoir et la rencontre sont des remparts contre l’obscurantisme…

La culture est fondamentalement le ciment de la construction individuelle des êtres humains et de leurs relations sociales.

Parce qu’elle contribue à se libérer des superstitions, Parce qu’elle aide à comprendre l’autre, Parce qu’elle sert à transmettre son expérience de la vie, Parce qu’elle est utile pour se situer en tant qu’individu, Parce qu’elle incite à la découverte et à la curiosité, La culture mérite d’être choyée et placée au devant de la scène.


***

Connaissant l’esprit d’ouverture qui caractérise Monsieur Nassereddine et ses amis, je ne doute pas un instant que cet espace culturel trouvera toute sa place dans la Cité, et qu’il ouvrira au partage, qu’il sera la main tendue, de celles qui nous aident à mieux comprendre l’autre, à mieux nous comprendre.


***

Le chemin a été long pour arriver jusqu’ici. Ce long chemin, il a été parcouru, je le sais, sans jamais céder à la tentation de la facilité, sans jamais prêter le flanc aux polémiques. Pour cela aussi, Monsieur Naseredinne, mesdames, messieurs, je vous remercie.

Voilà, je ne souhaitais pas être plus longue. Je vous remercie de votre attention.