Monsieur le préfet,

Les salariés de Rioglass, à Bagneaux sur Loing sont en lutte contre un plan de 95 licenciements car ils craignent pour l’avenir même de leur entreprise.

Nous partageons totalement leur colère et leur inquiétude. Dans ce secteur du sud Seine-et-Marne, déjà durement frappé par les fermetures d’entreprises et les suppressions d’emplois, ces licenciements ne sont pas acceptables, au plan économique comme au plan social et humain. Ils porteraient un nouveau et rude coup au potentiel industriel du département et plongerait de nombreuses familles dans le chômage.

Ils sont d’autant plus inacceptables s’agissant de Rioglass en fonction même de l’histoire de cette entreprise. Comme vous le savez lorsque Thomson s’est désengagé du site de Bagneaux l’Etat, comme les collectivités locales se sont mobilisés pour défendre l’emploi et garantir la pérennité du site.

Face à ces nouvelles et sérieuses menaces pour l’emploi et l’avenir même du site de Bagneaux, nous vous demandons un examen urgent de la situation de Rioglass.

Nous demandons que soient étudiées toutes les solutions industrielles permettant de préserver l’emploi sur le site : que ce soit dans le cadre du plan et de la charte automobile, du pôle de compétitivité MOVEO, ou encore dans le cadre d’une possible diversification vers l’activité solaire, en mobilisant les moyens du Grenelle de l’environnement.

En attendant la recherche et l’étude de ces solutions industrielles, nous demandons un moratoire suspensif des licenciements. Nous demandons enfin la tenue d’une table ronde avec l’ensemble des parties concernées (direction, syndicats, Etat, collectivités locales) pour contribuer à faire émerger une solution conforme aux intérêts des salariés, des populations et du territoire.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous assurons, Monsieur le Préfet, de notre haute considération.

Michel BILLOUT Daniel BRUNEL