Après deux ans de mensonges ils ont pourtant encore tentés au tribunal d'inverser les rôles. Ces hommes sont indignes. Ainsi il a été révélé que Gabarrou avait fait 4 dépositions différentes pendant l'enquête. Lors de la seconde il a accusé son comparse Marcherat de s'être barbouillé lui-même de colle et de s'être rouvert une plaie pour que son rôle de victime soit plus crédible. Et c'est seulement à la quatrième déposition qu'il a dû reconnaître avoir frappé Marina. Il est vrai que l'existence de la vidéo était alors connue. Quelle honte !

Cette vidéo aurait dû être présentée lors du procès mais le juge en a décidé autrement. Tout porte à croire qu'à part une gendarme de la Brigade de Nangis qui a assuré une transcription très contestable, ni le procureur, ni le juge n'ont pris la peine de la regarder. Les peines auraient été alors plus lourdes !

Et surtout Marina ne se serait pas vue infliger une amende de 4e catégorie de 250 € avec sursis pour avoir riposter. Quand on se fait agresser, faudrait-il ne pas se défendre ?

Marina ne peut accepter cette décision. C'est la raison pour laquelle elle a décidé de faire appel du jugement la concernant. Nous la soutenons pleinement.

Nangis, solidaire, humaine et démocratique